20 mai 2007

Intolérance

Mes parents habitent dans un petit village de Lorraine, typique de ce coin de Meurthe et moselle. Un village à la géographie marquée par la Mine, des cités de mineur, mitoyennes, avec leurs volets en bois, alternativement une fois verts et une fois rouges. Lorsque la mine a fermé, il y a plus de 30 ans, les anciens mineurs ont commencé à racheter les cités et les ont aménagées. Puis petit à petit les veuves de mineur se sont éteintes et leurs enfants ont déménagé, laissant les cités passer aux mains de spéculateurs immobiliers qui les ont vendus à des citadins, avides de calme et d’authenticité.

Les Anciens ne reconnaitraient plus leur village que les nouveaux habitants ont colonisés en essayant de faire ressembler les modestes cités d’antan à des pavillons modernes et blancs. Avant il y avait une solidarité entre les voisins et de la convivialité. Tout le monde se connaissait et partageait, les fruits de son jardin, le café ou les nouvelles. Aucun n’aurait eu l’idée de se barricader derrière une haie de thuya « pour se sentir chez soi ». Et les chiens étaient là pour faire plaisir aux enfants, pas pour garder la grille ou protéger les roues des Renault Scénic….

Aujourd’hui dans la rue de mes parents autrefois si joyeuse et animée, il n’y a plus que 5 maisons habitées par des anciens mineurs ou leur famille, sur 14. Et l’ambiance s’en est ressentie. Les gens ont commencé à hurler lorsque les voitures se sont garés devant chez eux (chacun chez soi !). Et les voitures ont commencés à être régulièrement visitées par des bandes locales ou descendues des banlieues messines. Alors les habitants ont pris des chiens, se sont clôturés et sont devenus hargneux, souvent les uns envers les autres.

Certes tous les nouveaux venus ne sont pas arrivés en terrain conquis, beaucoup se sont intégrés, ont compris la richesse que pouvait leur communiquer les liens humains particuliers d’un village. Mais d’autres ont amenés leur morgue et leur intolérance : « je suis à la campagne, donc je veux du calme ». Mais ils n’ont pas encore compris que calme n’était pas silence. Certains râlent après les cloches trop bruyantes des églises, d’autres après les joueurs de Pétanque installés là depuis des décennies. Dans la rue de mes parents c’est après les chiens, ceux des autres qu’ils en ont.

Mes parents ont 2 chiens, 2 magnifiques bergers allemands de 9 et 10 ans. Ils ne les ont pas pris pour garder mais par passion pour la race et par tradition familiale. Dans la famille de ma mère, quand on a un chien, c’est un berger allemand. Ils n’ont jamais fait parlé d’eux. Leur gentillesse est louée par tous et ce sont les chouchous de la factrice. Sauf que lorsque on les regarde droit dans les yeux ou qu’on leur parle, comme tout berger qui se respecte, ils n’aiment pas et ils aboient. Et ça, ça plait pas à la <censuré> qui s’est installé en face de chez mes parents.

Il y a 7 chiens dans la rue, de diverses races, tout plus gueulards les uns que les autres, mais ce sont ceux-là qu’elle a pris en grippe. Parce qu’il lui donne « la migraine » quand elle se balade devant chez elle (d’ailleurs c’est même pas chez elle, mais chez son compagnon) avec son téléphone portable à la main. Elle n’a pas compris qu’un chien, ben c’est un chien et qu’il ignore le concept de portable. Et que quand tu parles en le regardant dans les yeux, même si c’est au portable que tu t’adresses ben lui il ne comprend pas. Et il aboie, parce que pour lui c’est une agression.

L’histoire pourrait faire sourire ou hausser les épaules, si elle ne menaçait pas mes parents de diverses poursuites et si elle n’avait pas dit textuellement « de faire bien attention » aux chiens. Elle est infirmière en psy et son compagnon est boucher. Elle a donc tout le loisir de les empoisonner comme elle l’a sous-entendu. Depuis les chiens ne sortent plus sans surveillance, un comble pour des chiens de garde ! Tout ça parce qu’une <censuré> est arrivé est a voulu que tout régenter, parce qu'elle, ben elle est "quelqu'un". L'intolérance ou la connerie congénitale personnifiée, au choix.

ragnina1

 

 

 

Posté par Skat à 21:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Intolérance

    et aprés...

    ... ça passe chez Courbet aux 7 péchés capitaux (ou à Sans aucun Doute), dans la catégorie "querelle de voisinage". Et ça occasionne un petit coup de fil à sa Skat préférée

    Enfin, la connerie n'a pas d'age, pas de région, pas de frontière... (si je devais faire la liste de toutes les conneries dans mon petits villages, et de cette mentalité déplorable de ce que la France peut compter de plus petit, de plus vil et de plus minable, il faudrait beaucoup, beaucoup, beaucoup de Mégooctet).

    PS : mais tu écris beaucoup dis donc !!! (tu m'as jamais écrit autant dans tes mails ^___^)

    Posté par Falconhill, 21 mai 2007 à 09:51 | | Répondre
  • Je te promets, je faire un effort, je vais t'écrire des romans

    Posté par Skat, 21 mai 2007 à 21:41 | | Répondre
  • Elle est belle la photo de tes chiens... J'avais mal vu.

    Posté par Falconhill, 22 mai 2007 à 09:40 | | Répondre
  • clique desus

    Faut cliquer dessus pour la voir en grand, Canalblog redimensionne automatiquement les images

    Posté par Skat, 22 mai 2007 à 17:00 | | Répondre
  • Elle me fait craquer cette photo : ils sont beaux, ils sont vraiment vraiment trés beaux.

    Pas pour faire le malin, mais Blogger permet des photos en plusieurs tailles

    Posté par Falconhill, 23 mai 2007 à 10:03 | | Répondre
  • ben pareil, c'est moi qui décide de la taille de la photo :p
    mais bon, j'ai laissé les valeurs par défaut

    Posté par Skat, 23 mai 2007 à 21:05 | | Répondre
Nouveau commentaire